Choisir un couple pour son mémoire

Lors du D.U de Généalogie à distance, il y a un mémoire à rédiger. Stéphane Cosson nous a donné ses consignes pour cela.
Le couple central doit s’être marié entre 1833 et 1842, suivant les conditions suivantes : Soit des inconnus, soit un couple dans notre généalogie ou une généalogie que l’on connait. On peut avoir déjà travaillé sur ce couple. Si le couple s’est marié hors limite (par exemple : 1832 ou 1843), il faut alors expliquer pourquoi on a choisi celui-ci.

À partir du couple principal :

  • Présentation du couple et de leurs frères et sœurs
  • Choisir un de leur enfant, et le présenter (enfants, conjoint + parents du conjoint+ frères et sœurs du conjoint)
  • Puis choisir un enfant de cet enfant et le présenter de la même manière…
  • Descendre le plus bas possible.
  • Présenter les parents du couple principal (+ frères et sœurs)
  • Choisir le père ou la mère du couple principal et remonter sa branche en présentant à chaque fois la personne (enfants, conjoint + parents du conjoint + frères et sœurs du conjoint)
  • Remonter le plus haut possible

Les documents marquants seront insérés et transcrits : Orthographe laissée telle quelle ; Abréviations développées ; Traduction. Tous les documents cités le seront avec la cote du document, mais tous les documents ne seront pas insérés.

Le mémoire devra comporter l’histoire de la commune ou de la paroisse du lieu de mariage du couple principal (pas besoin de remonter aux origines du village pendant l’époque romaine. On se cantonnera à la période XVIe-XXIe siècles). On ne donne pas l’histoire de toutes les communes nommées, seulement la principale.

On s’évertuera à chercher au moins un document de chaque type :

  • Cadastre
  • Recensement
  • Notaire
  • Armée (états signalétiques, par exemple)
  • Hypothèques
  • Succession
  • État Civil (Naissances, Mariages, Décès)
  • Archives religieuses (Baptêmes, Mariages, Sépultures)

La méthodologie sera expliquée : comment on a obtenu certains documents ; comment on a déduit ou trouver certaines informations ; les blocages rencontrés et comment on est parvenu à se débloquer si cela arrive.

De mon point de vue, il est même préférable de repartir d’une page blanche que plutôt se focaliser sur un personnage sur lequel on a déjà fait moult recherches et sur lesquels on a des blocages que l’on n’a pas résolus. On va rechercher des informations en fonction de ce que l’on connait déjà du personnage et rester bloqué car la méthode employée n’est pas la plus adaptée.

Repartir d’une personne que l’on ne connait pas permet de se remettre en cause et de recommencer des recherches avec une autre méthode que celle qu’on avait pu avoir jusqu’à présent et une vision des archives que l’on n’avait pas avant les cours que nous avons pu avoir lors du D.U. Et puis on est vierge, notre esprit est plus à même de recevoir les différentes informations que l’on découvre et de les exploiter, et d’avancer.

C’est de toute les manières la base du généalogiste de se remettre en question et de repartir de zéro sur chacun des dossiers qu’il a à traiter. J’adhère complètement à cette approche des recherches.

Mon idée première était avant tout de situer ce couple dans le village de mon enfance. Malheureusement, point de couple correspondant aux critères dans mes ascendants. Je me tourne alors vers les personnages illustres originaires de Saint Paul-en-Jarez. Il en existe un : LISFRANC de SAINT-MARTIN, chirurgien célèbre du XIXe siècle. Là encore, point de mariage dans la période voulue. Autre piste, la famille POIDEBARD.

Saint-Paul-en-Jarez_(Loire),_vue_générale

Un certain William POIDEBARD est souvent cité dans les ouvrages historiques locaux. Je recherche donc ce personnage et trouve ses parents dont le mariage est dans la période 1833-1842. Fouillant un peu plus pour connaître William, je découvre que celui-ci est (entre autre) un  généalogiste reconnu par les sociétés savantes du Forez et des provinces environnantes. Quoi de plus jouissif de faire la généalogie d’un  généalogiste ! Encore quelques recherches et je trouve qu’il a édité un livre en 1897 au sujet de la généalogie de sa famille. Et ce livre est disponible à la bibliothèque municipale de Saint Etienne.

On serait tenté d’utiliser ce livre afin d’aller plus vite dans les recherches. Telle n’est pas mon intention. Et ce n’est de toute façon pas le but recherché pour l’élaboration du mémoire, mais le doute peut subsister. Comme Stéphane Cosson nous l’a expliqué lors du premier cours, rien n’est inscrit dans le marbre, exemple ses travaux sur les LAUTREC à partir d’une biographie erronée.

Stéphane Cosson me conseille d’aller consulter la généalogie déjà écrite par lui et d’avoir un œil critique sur elle. Qu’est-ce qui cloche ? Dit-il  vraiment la vérité ou s’est-il arrangé avec ? Cite-t-il ses sources ? Pour cela, il me conseille de faire des sondages à différentes époques sur différentes branches. Et de comparer ce qu’il a trouvé avec ce que je trouve. Ce n’est pas parce qu’il est reconnu comme généalogiste que ce qu’il a écrit est parole d’évangile. Regarder de même s’il a écrit d’autres généalogies et faire quelques sondages. Est-il un généalogiste sérieux ou un marchand de merlettes ?

C’est comme cela qu’il a procédé pour les LAUTREC et qu’il s’est rendu compte que les auteurs de l’ouvrage de 1992 n’avaient fait qu’un état de l’art de la littérature, sans aller chercher aucun document en archives.

Famille_de_Lautrec.svg
Armoiries des LAUTREC, puis TOULOUSE-LAUTREC (par ByacC — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20476246)

Si ce qu’il a écrit est juste, mieux vaut ne pas réinventer l’eau chaude. Par contre me conseille-t-il encore, je dois aller chercher tout le reste, tout ce qu’il n’a pas cherché. Compléter, aller au-delà de ce qu’il a pu faire dans le temps si c’est possible que ce soit plus loin ou plus près. Et expliquer toutes mes vérifications.

J’ai suivi ses suggestions au sujet de mon mémoire sur la famille POIDEBARD. J’ai consulté le livre que William a écrit sur sa famille. J’ai été très déçu. Simplement une douzaine de pages (sur 80 que compte le fascicule) sur sa lignée agnatique. Quelques noms, quelques dates, rien de transcendant. Je retrouve ici le fond et la forme des différents écrits qui ont pu être fait au XIXe sur différentes généalogies que j’ai pu consultées lors de précédentes recherches personnelles. Il s’est plus épanché sur la lignée de sa mère. J’y ai malgré tout relevé quelques inexactitudes sur les dates, des omissions, des incohérences sur ce qu’il avance. Il fait l’impasse sur des mariages ou remariages et notamment sur son premier mariage dont il ne fait aucunement référence.

Mon problème est que je me prends au jeu. Je recherche ce qu’il a omis. Je cherche la faute. Cela devient un jeu pour moi, or je n’ai pas vraiment le temps. Pourtant c’est parfaitement jouissif et c’est plus que motivant. En un seul mot, je m’amuse. Ça me bouffe mon temps mais quel pied !

Au début c’était un simple exercice de style (si je puis dire). On doit présenter un mémoire pour le D.U., donc on fait les recherches pour cela. Aujourd’hui je n’ai qu’une envie : c’est de continuer ces recherches et d’aller au-delà. Cela me prendra du temps, mais je le ferai après le D.U. et je donnerai le résultat à la DIANA dont W. POIDEBARD fut l’un  des membres, ainsi que son fils Robert. Quoi qu’il en soit, je le publierai sur mon site (autre exercice). Mais ça c’est après.

J’ai un mémoire à rédiger avant !

Billet rédigé par Georges CHARREYRE, promotion à distance 2017
Publicités

Un commentaire sur “Choisir un couple pour son mémoire

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Georges. Je ne savais pas qu’il y avait un étudiant du Jarez au DU de cette année 🙂 J’ai pour ma part également déjà croisé la famille Poidebard dans mes recherches. Bon courage pour votre mémoire et n’hésitez pas à reprendre les recherches par la suite. Je comprends parfaitement votre enthousiasme, il est également énorme pour moi concernant les Lautrec… C’est tellement jouissif de trouver les erreurs et de les corriger, de compléter…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :